Référencé par Blogtrafic
Free Cell Phones
visiteurs, sponsored by Cell Phones
Note personnelle n°1 : s'assurer de la solidité d'un nuage avant de faire le benêt dessus! Note personnelle n°2 : se méfier de l'être humain, il n'est pas toujours bon... Note personnelle n°3 : croire en la vie. Tout ce qui arrive est forcément nécessaire à la croissance de notre âme. Note personnelle n°4 : ne pas oublier que d'autres Anges ont aussi atterri ici. Les chercher. Note personnelle n°5 : la Terre n'est pas le Paradis. Certaines choses doivent être délaissées car "malsaines" pour un coeur pur Note à mes lecteurs : si votre vitesse de connexion n'est pas suffisante pour une lecture optimale des vidéos, lancez la lecture puis appuyez sur "pause". Laissez progresser le téléchargement et relancez la lecture une fois celui-ci suffisamment avancé!

27 mai, 2006

Catwoman

Voilà une femme qui m'impressionne et que je respecte énormément (je sais, elle n'existe pas en vrai! Je sais! ... Tout comme Jérôme n'existe pas vraiment non plus en tant que tel!) Elle est si belle et si sûre d'elle. Si féline et si fatale... Si... /soupir/... si... /re-soupir/

"Comme si être PD ne suffisait pas... Tu veux encore en rajouter?"

Ahlalalalala... (Eh oui, je vais me plaindre encore une fois! Pour changer, me direz-vous...) Pourquoi personne ne saisit-il que je suis une femme à l'intérieur? Pourquoi les humains se cantonnent-ils seulement à ce que leurs yeux leur permettent de voir? Pourquoi ne regardent-ils pas l'âme? Pourquoi cataloguer quelqu'un d'après ce qu'il a entre les jambes? ... ... Mon Dieu!!! Qu'auraient-ils fait si Marilyn avait de tout temps habilement caché un pénis???? Sacrilège! Quelle horrible suggestion je fais naître là! Qu'on me brûle sur un bûcher pour ôser penser à des pareilles insanités! ... ... Arrêtez! Arrêtez... Au nom du respect de l'être intérieur qui sommeille en chacun et qui parfois n'est pas en accord avec l'être extérieur... Je fais honte à mon homme en me baladant avec un bracelet "de pédale". Je fais honte à ma mère quand je craque pour un collier "de femme"... Même mon miroir doit avoir honte quand je m'essaie au maquillage des yeux, seul chez moi, des larmes de bonheur au coin des yeux. Mais je m'en contrefous! Allez au Diable avec vos préjugés! Allez au Diable car en Haut, on ne juge pas. On accepte et on trouve en chacun une source de richesse et d'intérêt inestimable, même à un mec qui se cherche et qui se sent mieux au féminin. Alors au lieu de condamner ma différence, regardez en vous et analysez vos propres frustrations pour lesquelles vous ne faites rien et qui vous rendent malade. Ma vie m'appartient. Marilyn sera mon modèle si je le décide et si je dois finir "au féminin", je serai peut-être ridicule, mais je me sentirai tellement mieux. Et c'est bien là, ma seule préoccupation. Je m'aime plus que vous ne m'aimerez jamais... N'oubliez jamais ça.

22 mai, 2006

Girl Power - The spicy Sadako

Ahlalalalala... Quelle tristesse d'être incompris(e). Hein les filles? Ces mecs qui ne saisissent pas ce qui nous excite réellement, ce qui nous fait du bien et qui sans doute, s'en contrefichent du moment qu'ils peuvent se vider les couilles! Mais hier soir, je me suis vengé(e). Vengence soft et personnelle mais ô combien jouissive. De son état conscient, ma victime (!) n'aurait jamais été consentante... Mais là, plongée dans un sommeil profond... J'étais maître du moment, j'en ai profité et j'ai réalisé un fantasme que je trainais depuis des années... Je ne vous dirai pas lequel par pudeur (eh oui, j'en ai!) et par respect pour ma victime. Mais bon Dieu, le sommeil ne me tiraillait pas du tout tant j'étais plongé(e) dans la délicieuse sensation du moment... Mais merde quoi! Ces hommes nous écouteraient, ils prendraient le temps de prendre le temps, ils ne brûleraient pas les étapes en faisant des préliminaires une espèce de prélude trop long à l'enfilage si attendu et ben je n'aurais pas eu besoin de m'abaisser à attendre l'assoupissement de mon homme! "Enfin... bon!" Comme dirait Franklin... On ne les changera pas et peut-être est-ce ainsi qu'on les aime (on l'ignore juste!). Bisou les filles et en avant le girl power! :)

18 mai, 2006

Tant de vérités apparaissant un jour de pluie, un ange à mes côtés.

Il est des jours où il vous semble qu'un ange est assis à côté de vous et veut vous faire réfléchir sur le chemin déja parcouru. Il y en a un. Aujourd'hui. A côté de moi. Ma soeur ou un autre, je ne sais pas. Mais sa présence m'apporte une grande sérénité. Et la réfléxion envahit tout mon être... Depuis peu, je constate que je me satisfais de choses simples. Alors qu'avant elles devaient toutes être plus sensationnelles que la précédente. Frustration et désarroi étaient alors au programme. Et puis il y a Dieu. Dieu reprend parfois une place dans ma vie. Certes je n'ai jamais cessé de croire en lui depuis que Robert m'a redonné la foi mais il y a des jours où il occupe une plus grande place dans mon coeur. Par exemple, les jours où j'écoute des chants d'église ou des chants grégoriens, je me rends compte qu'à chaque fois que son nom est prononcé, il me va droit au coeur. Et puis il y a aussi mes petits maux et soucis personnels. Mon Dieu, ce que je peux m'appitoyer sur mon sort, ma foi, et ça dépend des jours, souvent bien fatidique et cruel. Pourquoi n'ai-je pas le corps de Monroe? Pourquoi il y a de ça quelques années je me suis quasiment ruiné le mécanisme épidermique entrainant jusqu'au jour d'aujourd'hui des conséquences sur la peau de mon visage? Pourquoi ai-je cette insensibilité dans plusieurs parties de mon corps qui normalement devraient vibrer sous des mains amoureuses? Pourquoi, pourquoi et pourquoi? Voilà comment certains jours j'arrive à me pourir heure après heure. Mais je réalise en ce jour et grâce à ces paroles qu'un Etre me souffle, que je ne suis pas la proie de la fatalité. Je n'ai pas le corps de Monroe, mais je n'ai pas celui non plus d'un enfant déformé ou d'un condamné à la chaise... roulante. De quoi est-ce que je me plains? Tout est modelable. L'âme comme l'enveloppe. Rien n'est définitif. Tout est question d'évolution. Mon visage n'a pas la peau de pêche que j'aurais tant souhaitée mais Sadako, regarde en arrière et rappelle toi que certains jours tu n'osais même plus sortir de chez toi. Quand lorsque devant un miroir trop dégueulasse, tu mélangeais les lotions antiacnéiques à des produits devant être utilisé de manière très précise et en tout cas pas mélangés à d'autres produits... Alors les larmes ne suffisaient plus à calmer ce dégoût que j'éprouvais devant la glace et je me haissais les yeux noyés et dans une main un ciseau rouillé... Souviens-toi, souviens-moi. Tu regardais le sol car le sol n'a pas de yeux. Tu fuyais ton image, t'enroulant dans un long manteau noir comme autant de bandelettes sur un corps que la vie à quitté. Ce visage qu'on le pouvait qualifié de champ de guerre dévasté, où des cicatrices affreuses côtoyaient des rougeurs naissantes, n'a-t-il pas changé tout de même? Ne s'est-il pas un tant soi peu régénéré? Même dans mes prières les plus folles que j'adressais à Satan, je n'aurais jamais espéré pouvoir récupéré un visage comme celui que j'ai maintenant. Si vous saviez ce que je lui ai fait subir... Des dégats innombrables allant jusqu'à hurler devant mon miroir, des coups si durs que mes jambes tremblaient et ne supportaient plus ma carcasse désemparée et au bord du suicide. Aujourd'hui, et bien ma peau n'a pas la fraîcheur des matins fraîchement douchés par la rosée mais je peux sortir, je peux regarder les gens dans les yeux. Je peux rire, sans avoir peur que ma peau se fissure (et le mot est juste)... Quant à mon corps endormi parce que assassiné, et bien moi seul peut lui insufler la vie que je lui ai ôtée. Car je suis mon propre bourreau. Comme je suis le propre faussoyeur et le propre croque mort qui ont été les dernières personnes à m'avoir connu. Je ne perds pas espoir, je réveillerai ce qui s'est endormi. Car aucun somnifère n'agit pour la vie et aucun mort n'est destiné à passer l'éternité dans un ciel, aussi beau soit-il. Voilà. Voilà ce que cet ange a mes côtés me souffle. Voilà ce qu'il vient m'aider à faire. Regarder le passé pour voir que jamais, au grand jamais, on a stagné. Il n'appartient qu'à chacun de construire son lendemain, avec tout l'amour nécessaire que l'on doit donner à sa propre personne... Car on nait seul, on vit peut-être à deux, mais face à soi-même, on sera toujours seul et on finira inéluctablement seul dans son cercueil. Alors que chacun écrive une ode à la vie et que chacun s'aime comme il est tout en sachant qu'il peut tout changer pour s'aimer encore davantage...

17 mai, 2006

Tout bonnement hallucinant. Du jamais-vu!

Sadako soutient activement Christophe "La Tortue" Willem! Votez pour lui!

Vive la puberté!

La puberté, c'est quand même vachement marrant (après coup!)!

13 mai, 2006

Courrier tiré du blog d'un fan de Marilyn, KevMonroe

"Pourquoi Marilyn?..
Pourquoi ai-je cette passion pour cette femme qui s'est éteinte il y a plus de 40 ans.. Le coup de foudre, ce fut vers l'age de 9 ans. Je découvris une publicité pour un magazine vidéo, avec Marilyn en couverture, dans sa robe en lamé or, les mains dans le dos. Elle me fit penser a une déesse égyptienne, et moi qui avait à ce moment la une petite passion pour l'Égypte, ça m'a suffit pour tomber amoureux de Marilyn.
Peu a peu, je trouvais cartes postales, posters, et j'étais de plus en plus fasciné par la photogénie de cette femme dont je ne connaissais rien, si ce n'est qu'elle était célèbre.

Arrivé a l'adolescence, j'avais déjà quelques livres biographiques que je parcourais, découvrant peu a peu quelle fut sa vie. A ce moment là, sa mort était encore considérée comme un suicide.

Avec le temps ce n'était plus seulement sa photogénie qui me fascinait, mais sa vie, son parcours, son coté psychique. Toutes les blessures, les déchirures, les trahisons, qui ont fait d'elle une femme parfois blessée, parfois sans scrupule, mais toujours d'une générosité incroyable.

Marilyn a participé à de nombreux galas de bienfaisance, n'hésitant pas à donner de son temps et de sa personne. Elle a également donné énormément à des orphelinats, des hôpitaux, allant même sur place pour visiter les gens les plus simples ou en détresse. Ce n'était pas des coups médiatiques, Marilyn n'avait pas besoin de ça, elle était déjà au sommet.

En 1960, Marilyn se penche sur les droits de l'Homme, puisqu’à titre honorifique il lui est proposé un titre dans la politique. Elle propose des idées, pose des questions, mais difficile lorsqu'on est une actrice jouant des rôles de blondes écervelées, de s'imposer dans ce milieu.

Marilyn n'a aimé que très peu des rôles qui lui ont été proposée. Tenue par un contrat (en étant la star la moins payée de Hollywood), elle était contrainte de jouer ces rôles de blondes idiotes. Mal lui en prit de refuser à quelques occasions, le Studio riposta à chaque fois en lui collant un procès sur le dos.

Afin d'échapper à ce système, et dans le but de choisir ses propres rôles, Marilyn monta sa propre société de production en 1956, chose incroyable pour une actrice dans les années 50. Seule Jeane Harlow était parvenue à le faire auparavant.

En 1962, Marilyn avait plein de projets, dont celui de jouer au théâtre, et de monter une comédie musicale a Broadway. Également le projet de se remarier avec son second mari, Joe DiMaggio.

Marilyn n'aura connu la joie d'être mère que dans deux de ses films. Son désir d'avoir un enfant se soldera à chaque fois par une fausse couche, fragilisant un peu plus le psychisme de Marilyn, déjà en conflit entre ses rôles d'actrice, d'épouse, et de femme-enfant.

Si elle eut bien une (brève) liaison avec JFK, il n'est en rien responsable de sa mort. Les vrais responsables sont son psychiatre, Greenson, et sa gouvernante, Murray. Cette dernière fut engagée par le psychiatre non pas pour assister Marilyn, mais pour la surveiller, jouer les espionnes pour le compte de ce psy égocentrique, qui se gonflait d'orgueil d'avoir la Star comme patiente.

Il testera sur elle "sa" nouvelle méthode, contre toute déontologie : introduire Marilyn dans sa famille.

Marilyn ira jusqu'a s'acheter une maison, la réplique de celle du psychiatre. Quant à ce dernier, il fera renvoyer l'avocat de Marilyn, le faisant remplacer par son beau frère, et obtiendra des Studios d'être présent sur les plateaux.

Quant à la gouvernante, elle fera le nécessaire pour isoler Marilyn de son cercle d'amis. Et puis il y a le bon docteur de Marilyn, Engelberg, qui lui prescrit tout un cocktail de pilules, ainsi que des piqûres de soi-disant vitamines, alors que ce sont des antidépresseurs qu'il lui injecte lui même, sans qu'elle en sache le contenu.

Et puis arrive le soir du 4 août 62. Marilyn meurt. A 4h du matin, la police arrive et trouve la gouvernante en train de laver des draps. L'autopsie révélera d'étranges détails qui ne seront pas pris en compte. Les échantillons à analyser disparaîtront de la faculté de médecine où enseigne le psychiatre. La commission d'enquête sera dissoute et remplacée par une pseudo commission composée des amis de celui ci.

Il n'aura été trouvé aucune trace de comprimé dans l'estomac de Marilyn. Pourtant la concentration de Nembutal est incroyable dans son sang. Une dose mortelle administrée, d'après les spécialistes et par l'assistant coronaire qui a participé à l'autopsie, par lavement.

10 jours avant sa mort, Marilyn avait compris que le piège de Greenson se refermait sur elle. Elle avait congédié sa gouvernante, avait tenté de briser le lien avec son psychiatre. Le lundi suivant ce renvoi, la gouvernante était revenue, prétextant avoir pris son renvoi pour un congé de deux jours. Marilyn avait cédé et l'avait laissée revenir.

Les examens révèleront que le corps de Marilyn a été déplacé deux fois après sa mort, et avant l'arrivée de la police.

Une gouvernante névrosée, un psychiatre manipulateur, un médecin inconscient, ce seront les dernières personnes présentes dans la vie de Marilyn, et qui auront causé sa mort à 36 ans.. "

http://blog.kevmonroe.gayattitude.com/p5/

J'avais envie de vous faire partager ça...

Ne serait-ce que pour attirer votre attention sur cette femme qui reste LA femme par définition.

Son souvenir ne périra jamais...

12 mai, 2006

Pour tous les excités de la bite et toutes ces demoiselles que leur homme n'arrive pas à combler

Régalez-vous!

Parce que le cul, ça ne fait du mal qu'à M. Ratzinger!

On ne vit qu'une fois! Merde!

Putain, fait chier ce temps de m...!

Comme dirait ce très cher Patrick qui se donne actuellement un mal de fou pour revenir sur le devant dans la scène (et ça n'est pas le talent qui lui fait défaut),

mais "où sont les femmes... euuuuh non... les lecteurs!".

Aucun "comment" depuis trop longtemps déja! Devrais-je m'incliner face à cet absence de lectorat ou redoubler d'effort pour en attirer un nouveau? Fuck off! Je continuerai sur ma lancée! Ca n'est pas ma faute si mon agenda est aussi plein que celui de Paris Hilton (sauf que moi je n'agende pas des parties de jambes en l'air tous les jours... hélas). Alors que mes défunts lecteurs reposent en paix dans leur désinformation et abrutissement qu'offre le net en général! Car moi seul sait prendre soin des 2 ou 3 neurones qu'il leur reste(ait)!!! Hé oui! Moi seul sait les arroser de mon esprit supérieur et faire en sorte qu'ils s'épanouissent malgré leur indéniable solitude. Mais bon... Tant pis.

Et le sol qui nourrissait leurs derniers neurones se fissura comme se fissura leur espoir d'évoluer vers une race supérieure (dont je suis le précursseur)... Sadakus Confucius

Et que serait le net sans Sadako? Ca serait comme "La Torche" sans Chloé... Impensable!

"Enfin bon...!" Comme dirait Franklin...

Que vous dire d'autre? Et bien... Des personnes de mon entourage ont voulu me faire réfléchir sur mes sentiments pour mon Jack Twist à moi et plus particulièrement une personne qui a pour but de me faire évoluer énergétiquement et spirituellement parlant... Et bien, j'ai douté! J'ai même bien douté! Mais comme toute chose, ils ont pris fin... .... ... ...

Hein? ... ... ... Qu'est-ce que vous attendez??? Ah, le résultat de cette profonde réfléxion (où introspection quant à ce que j'attends d'un homme) et bien... Kevin je l'aime et ça durera! Ca durera parce qu'on a un excellent feeling et parce que c'est bien la première fois que mes doutes s'achèvent par un verdict positif. Certes nous ne sommes pas encore en totale harmonie mais nous sommes un couple solide à l'épreuve du temps et des orages. Je nous vois durer. Oui Madame Ruchat, je nous vous durer! Oui Shefki! Durer! Je vous remercie tout particulièrement vous deux pour l'intense réfléxion que vous avez fait naître et qui m'a apporté cette réponse. Sans vous, je n'aurais pas douté donc je n'aurais pas pû être convaincu...

... Bon, "vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale! A ciao bonsoir!"

03 mai, 2006

La découverte du mois

Gnarls Barkley...
Ca vous dit quelque chose? Mais ma parole, vous avez (que) de la merde dans les oreilles (dixit Marianne James)?? Alors considérez Gnarls comme une feuille de PQ! Torchez et faites vous du bien...

01 mai, 2006

Pikachu! Que va dire Sasha??

Quel coquin alors ce petit pikachu! Il choisit tjs le bon endroit où faire le zouave! Ahlalalala... Dommage... ;)